LA SOCIETE PHONETIQUE INTERNATIONALE
L'ALPHABET PHONETIQUE INTERNATIONAL.

separateur

L'histoire de l'Association Phonétique Internationale est liée à celle de l'alphabet. phonétique international, qui est un ensemble de caractères écrits permettant de transcrire toutes les langues. Celui-ci permet même de décrire des sons possibles mais non encore rencontrés dans une langue. L'histoire de l'Association Phonétique Internationale commence avec la création d'une association de professeurs de langues vivantes en majorité anglicistes. Ils mettent au point un premier essai. Parmi eux, un linguiste, Otto JESPERSEN émet une idée : au lieu de créer une transcription phonétique pour une langue particulière, pourquoi ne pas essayer un système international? En 1886 création d'un journal (initié par Paul PASSY) "Dhi Fonètik Tîtcer".

En 1888, un comité international se réunit. Dans un premier temps, chacun utilise son système. Sur la base de recherches faites dans différents pays, on s'était donné un principe général : une lettre pour un son. Mais la recherche qui commence sur la fonction distinctive démontre que c'est impossible, le nombre de sons est trop important. (C'est l'erreur de départ de l'écriture en général : vouloir noter tous les sons.) Ils ont eu l'idée de s'inspirer de la phonologie, et ont utilisé pour le choix des caractères un principe phonémique : une lettre pour un phonème. Cela suppose une étude préalable sur les langues et qu'on connaisse l'ensemble des phonèmes propres à chaque langue. La difficulté est de passer d'un système international à une application dans une langue déterminée.

Si on veut fonder cette représentation et la rendre utilisable pour toutes les langues, il faut l'universaliser, or les organes effecteurs sont les mêmes pour tous les humains, la description et la classification se basent donc sur les lieux d'articulation. Les connaissances de l'époque sur l'appareil vocal sont encore lacunaires, ils mettent néanmoins en place un système topologique en définissant différentes régions d'élaboration du son sur le corps humain.

Ils créent un tableau à plusieurs entrées : dès les premières réunions, un tableau circule qui s'étoffera jusqu'à devenir celui en vigueur actuellement.

Très vite, deux notions centrales apparaissent : mode d'articulation et lieu d'articulation, ensuite vient le mode de phonation. A partir de ces trois notions, on va tenter de parvenir à ce que Noam CHOMSKY appelle une phonétique universelle.

(D'après le cours de Denis Autesserre)



Les lieux d'articulation et les appellations correspondantes :

lieux d'articulation

Modes d'articulation :

On distingue plusieurs types de consonne : occlusives (p, t, k), fricatives (f, s, ch), liquides (l)

Mode de phonation :

voisé / non voisé
b/p, d/t, g/k v/f, z/s et ch/j se différencient par la mise en vibration ou non des cordes vocales.
Pourquoi ne pas dire sonore/sourde ? Parce qu'on raisonne à partir de l'articulation, la classification auditive est décevante surtout pour les voyelles car très limitée.

Une traduction de l'alphabet phonétique international :

(Pour une meilleure lisibilité, enregistrez l'image ou imprimez la)

alphabet phonétique international

Traduction franšaise (provisoire) de Denis AUTESSERRE non homologuée par l'A.P.I
Sur le site de L'IPA, vous trouverez la version anglaise ainsi que des fragments agrandis de ce document.
Vous pouvez télécharger des polices API pour Macintosh et PC

separateur

EXERCICES DE TRANSCRIPTION PHONÉTIQUE FRANÇAISE

L'A.P.I. permet la transcription phonétique de n'importe quel énoncé

On va voir une transcription normative d'un texte écrit. C'est à dire qu'à partir d'un texte écrit et d'une norme de prononciation (le dictionnaire Robert par exemple), on peut prévoir la fašon standard de prononcer d'un lecteur. Pour ce genre d'exercice, on utilisait autrefois un Mithridate : recueil de différentes prononciations du notre père utilisé aux XVe et XVIe siècles. Depuis, on a utilisé un autre texte de référence :

"La bise et le soleil"

La bise et le soleil se disputaient, chacun assurant qu'il était le plus fort, quand ils ont vu un voyageur qui s'avanšait, enveloppé dans son manteau. Ils sont tombés d'accord que celui qui arriverait le premier à faire ôter son manteau au voyageur serait regardé comme le plus fort. Alors, la bise s'est mise à souffler de toute sa force mais plus elle soufflait, plus le voyageur serrait son manteau autour de lui et à la fin, la bise a renoncé à le lui faire ôter. Alors le soleil a commencé à briller et au bout d'un moment, le voyageur, réchauffé a ôté son manteau. Ainsi, la bise a du reconnaître que le soleil était le plus fort des deux.

Les espaces relèvent de la graphie : ils n'existent pas dans la parole. Les blancs sont restitués par convention de lisibilité, mais ne reflètent rien sur le plan sonore. Par convention, la liaison est attachée au groupe précédent, ici on a en plus séparé chaque "phrase".

transcription phonétique de la bise et le soleil
(Pour une meilleure lisibilité, enregistrez l'image ou imprimez la)

Si vous voulez vous entraîner : Vous pouvez transcrire en API la fable de La Fontaine "Le corbeau et le renard".
Le corrigé

(D'après les TP de phonétique de Denis Autesserre)

Retour a la phonétique

Retour à Jespersen

Retour page d'accueil