LES DIFFÉRENTES BRANCHES DE LA LINGUISTIQUE ET LEURS UNITÉS

séparateur

La linguistique sépare l'analyse du langage en différentes parties.
Toutes ces branches sont interdépendantes : tout est lié dans le langage.


Phonétique :

unité : son

Etude des sons : ce qui est émis, ce qui est perceptible.
La phonétique articulatoire s'occupe de la production et de l'émission des sons, elle se base sur des critères articulatoires (elle s'appuie sur la physiologie).
La phonétique acoustique s'occupe de la propagation et la réception des sons (elle s'appuie sur la physique)
Elle est indépendante du sens, s'applique donc à toutes les langues.

Phonologie :

unité : phonème

Propre à une langue particulière, elle étudie comment une langue découpe les sons et les regroupe en catégories. Ces catégories auront toujours la même fonction dans la langue, on les appelle des phonèmes. Vous trouverez sur le site plusieurs définitions complémentaires du phonème.
Commenšons par un exemple :
Baraque : Qu'il soit prononcé par un habitant de Carcassonne qui roule les "r" ou par un parisien, nous comprendrons qu'il s'agit du même mot. Les deux sons produits, même si nous avons conscience de leur différence, renvoient à la même catégorie : [R] uvulaire ou [r] roulé sont deux réalisations du même phonème /R/
Le phonème est une abstraction.
Le phonème n'a pas de sens en lui même, mais on ne peut pas l'échanger contre un autre phonème sans changer le sens, on dit qu'il a une fonction distinctive.
Par exemple "i" pris isolément n'a pas de sens en franšais, pourtant pÔle et pile n'ont pas le même sens. Donc /i/ est un phonème, une unité distinctive.
Le système phonologique est l'ensemble des phonèmes qu'on trouve dans une langue donnée.

Morphologie
(étude des formes) :

unité : morphème

C'est l'étude de la fašon dont sont formés les "mots".

abatt-age fait d'abattre abatt-ement fait d'être abattu
chant-eur jongl-eur jou-eur

"eur" = celui qui fait l'action "eur" est un morphème.

Le morphème a une signification, c'est une unité minimale significative, la plus petite unité qui possède encore du sens.

Mots et morphèmes :
La notion de mot pose beaucoup de problèmes en linguistique : il n'a pas de définition opératoire. Mot et morphèmes peuvent prêter à confusion.

"mal" est à la fois un mot et un morphème. Dans "J'ai mal", si on diminue : "J'ai ma" il y a perte du sens, "mal" est une unité minimale.

Un mot comme "redemanderons" porte plusieurs unités de sens : {re + demand + futur + 1ère pers du pluriel} On a un seul mot mais quatre morphèmes.
Dans "au fur et à mesure" (structure figée), on a cinq mots et une seule unité de sens, un seul morphème.

Retour page d'accueil

Syntaxe :

unité : syntagme

Elle étudie la fašon dont les morphèmes se combinent entre eux pour former des groupes et des phrases (syntagmes).
Il n'y a pas de différence de nature entre morphologie et phonologie : simple question d'échelle. La morpho-syntaxe est l'équivalent de la grammaire.

Sémantique :

pas d'unité spécifique

Elle s'occupe de tout ce qui signifie : morphèmes, mots (principalement), discours.
C'est l'étude du rapport entre les mots et le "réel" (les représentations du réel en fait).

La pragmatique :

C'est le rapport entre la langue et ceux qui la parlent. On pourrait dire qu'elle s'intéresse aux conséquences des énoncés en plus de leur contenu. Elle étudie particulièrement la parole sous l'angle des intentions et des effets dans le cadre de la communication.
La linguistique l'a intégrée récemment, à la différence des études en communication, qui s'en occupent depuis longtemps.
Par exemple, elle va s'occuper de décrire les procédures d'interprétation : "on a sonné" n'est pas une simple constatation, à partir de l'énoncé, on montre qu'il véhicule plus que la signification des mots en eux même." veux-tu aller ouvrir ? " ou " pas moyen d'être tranquille "
La pragmatique répond à certaines questions telles que : Que fait-on avec le langage, à quoi ša sert?
La pragmatique ne travaille pas sur des unités particulières, a une vue globale.

Retour page d'accueil 

La sémiologie ou sémiotique :

Est une discipline plus vaste qui comprend la linguistique, c'est la science des signes en général. SAUSSURE : "La linguistique s'inscrit dans une science plus générale, la sémiologie, dont l'objet est l'étude des systèmes de signes, dont la langue est le type le plus important."

Sémiologie
Retour page d'accueil

La double articulation du langage.

Il y a plusieurs échelles d'analyse du langage, depuis des ensembles vastes comme l'intégralité du discours d'un homme politique ou la comparaison de plusieurs oeuvres d'un même écrivain, jusqu'à l'étude d'une unité minimale. En allant du plus grand au plus petit, une fois analysées les différentes parties du discours en introduction développement ... puis chaque partie en sous parties, puis en phrases, on arrive à la première articulation : le niveau du morphème, de l'unité de sens. Ensuite, la deuxième articulation concerne l'unité distinctive, le phonème, qui ne possède plus de sens en lui même, mais crée du sens en différenciant un morphème d'un autre.

Selon le linguiste A. Martinet, la double articulation est spécifiquement humaine.

Récapitulation:

(D'après le cours "Unités linguistiques" de Catherine Chanet)

Retour page d'accueil